jeudi
5 février 2015
 


Newsletter


02 BP 5657 Ouagadougou 02
Burkina faso

Tél: +226 25 36 54 41
Mail: contact@reseaumarpbf.org

Heures d’ouverture

8h - 17h

Nos vidéos



Double-cliquez pour afficher la vidéo

Nos liens

| ACCUEIL | | Qui sommes-nous ? | | Nos réalisations | | Zones d’intervention | | Nos rapports | | Nos partenaires | | Notre équipe |

l’adhésion des producteurs à l’approche du programme ICRAF

A 40 km de du Yatenga, nous sommes dans la province du Zodoma, la région du Nord du Burkina Faso. Un autre paquet technologique y est appliqué : les aménagements anti érosives en bourrelets de terre et en sacs géotextiles avec l’application de la microdose.

Les aménagements anti érosives par les bourrelets de terre et les sacs géotextiles font parties des technologies intégrées de récupération de l’eau au champ, elles participent à amélioration de la fertilité du sol et à la promotion de l’agroforesterie. Dans le champ de Siriki Ouédraogo à Roogo, village de la province du Zondoma, un sous bassin versant d’un ha a été aménagé en bourrelets de terres et en sacs de sable en géotextile, pour stocker l’eau de ruissellement du bassin versant et ralentir le ruissellement au niveau des ravines.
Sur ce site, on peut observer la succession de cinq (5) courbes en bourrelet de terre dont la première a une longueur de 210m ; une seconde de 170m ; ensuite 150m, 100m, 50m. Elles sont associées avec les diguettes en sac géotextile pour traiter les ravins.

En une seule saison les, l’aménagement a déjà produit des effets sur le site. Les creux des ravins sont presque bouchés, le site est enherbé, la texture du sol a véritablement changée les cultures ont plus résistée à la sécheresse cette année, de nouvelles plants Faidherbia albida ont commencé à monter. Sur cette même superficie Sidiki y a semé du maïs, du Niébé, de l’arachide, et du sésame. C’est avec le sourire aux lèvres qu’il nous donne les résultats obtenus en fin de campagne. « J’ai appliqué la micro-dose sur le Maïs et exceptionnellement sur le niébé cette année. Pour le maïs j’ai récolté deux sacs de 100kg contre un sac pour l’année passée. Pour le niébé j’ai récolté 50 kg ». Manifestement Siriki ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « L’année prochaine, j’ambitionne aménager le triple de ce que j’ai fait cette année. Seulement Pour faire de grandes superficies il nous faut des charretées et non des brouettes ». nous confie-t-il. Pour cette saison, le champ de Siriki a servi de champ école pour l’apprentissage et la sensibilisation des producteurs sur plusieurs technologies.

Au regard de la physionomie du champ, même les plus sceptiques ont pris l’engament de suivre l’exemple de Siriki la saison prochaine. « Beaucoup ont eu du regret pour n’avoir pas cru au départ. Ils nous ont promis la saison prochaine s’engager dans l’aménagement de leurs champs avec ces types de diguettes antiérosives. Pendant la seule saison, J’ai aussi reçu 07 visites des services techniques de l’Etat, 5 visites de groupes de producteurs des villages de Gourcy, des producteurs de Yako, de Kongoussi, tous sont venus voir notre expérience ».