lundi
15 septembre 2014
 


Newsletter


02 BP 5657 Ouagadougou 02
Burkina faso

Tél: +226 25 36 54 41
Mail: contact@reseaumarpbf.org

Heures d’ouverture

8h - 17h

Nos vidéos



Double-cliquez pour afficher la vidéo

Nos liens

| ACCUEIL | | Qui sommes-nous ? | | Nos réalisations | | Zones d’intervention | | Nos rapports | | Nos partenaires | | Notre équipe |

Programme DGIS/ICRAF : L’équipe pays Burkina Faso tient sa première session ordinaire

Ce Mercredi 10 Septembre 2014 s’est tenue au siège du Réseau MARP-Burkina, la première session ordinaire de l’équipe Pays Burkina du « Programme d’amélioration de la sécurité alimentaire et des ressources en eau pour le développement économique des communes rurales du Sahel et de la corne de l’Afrique » (Programme DGIS/ICRAF). Cette rencontre avait pour objectif d’échanger principalement sur la composition et le fonctionnement de l’équipe Pays en vue de sa validation. La session a connu la participation de tous les partenaires au niveau national et local. Elle a aussi servi de cadre pour échanger sur d’autres sujets non moins importants du Programme.

Selon les recommandations de la coordination du programme d’amélioration de la sécurité alimentaire et des ressources en eau pour le développement économique des communes rurales du Sahel et de la corne de l’Afrique, chaque pays bénéficiaire devrait mettre en place une équipe devant servir de cadre de concertation. C’est dans cette optique que les partenaires de mise en œuvre se sont réunis ce Mercredi 10 Septembre au siège du Réseau MARP-Burkina, organisation lead, pour la mise en place officielle de cette équipe. Au cours de cette session, la composition et les prérogatives de l’équipe Pays Burkina ont été présentées à l’ensemble des participants.

Désormais deux instances réfléchiront sur les actions et les orientations à prendre pour mener à bon port le Programme jusqu’en 2018. La première instance « appelée cellule de coordination », composée de l’INERA, de l’ICRAF et de trois organisations nationales dont la SNV, Tree Aid et le Réseau MARP-Burkina est chargée de réfléchir et de proposer des orientations stratégiques sur le Programme.
La seconde instance est l’équipe pays elle-même ; elle est composée en plus des membres de la cellule de coordination et les partenaires de mise en œuvre des activités sur le terrain que sont l’Association Zood Nooma pour le Développement (AZND) du Bam, la SEMUS du Passoré, l’OCADES et l’Association Koom du Yatenga, Wu-Pakwé du Sourou, le Groupe Teed-béogo (GTB) du Zondoma et de UGF-CDN du Sanguié.

Les réunions de l’équipe prendront la forme d’une plateforme nationale, où d’autres acteurs non impliqués directement dans la mise en œuvre du Programme pourront participer, notamment, les autorités administratives et communales, et les services techniques étatiques. La périodicité des rencontres ont également été définie pour chaque instance. Ainsi, les réunions de la cellule de coordination seront mensuelles et celles de l’équipe pays seront trimestrielles. Toutefois, des séances extraordinaires pourraient se tenir en cas de nécessité.
Inclusion et Intégration : deux approches méthodologiques importante du Programme
Les acteurs ont tenu à s’accorder aussi sur la signification de deux approches chères au Programme DGIS/ICRAF : « Inclusion et intégration ». Selon le Représentant Pays ICRAF, Docteur André Babou, « l’approche inclusion part du constat que dans la mise en œuvre des Programmes ou de tout autre activité au bénéfice des communautés, la présence d’une certaine catégorie sociale de la population, nomment les femmes et les personnes vulnérables, n’est pas automatique ; la vision d’inclusion de ce Programme est de faire en sorte que la présence de toutes les catégories sociales soit effective, afin qu’il y ait un partage équitable des bénéfices ». Le défi ici serait donc de pouvoir dénicher les « laissés pour compte » habituels a-t-il ajouté. Quant à la notion « d’intégration », « elle renvoie à la prise en compte des différentes technologies agricoles et agroforestières dans la mise en œuvre des paquets technologiques » : a précisé le Docteur Babou André. Pour s’assurer que toutes ces approches d’inclusion et d’intégration seront réellement prises en compte, le Programme s’emploiera à définir une base à partir de laquelle les acteurs pourront évaluer le degré d’inclusion et d’intégration.

Cette première session a aussi servi de cadre pour faire un bilan de mise en œuvre des activités sur le terrain. Ainsi, chaque partenaire a eu une dizaine de minutes pour faire le bilan de mise en œuvre des activités de sa zone et répondre à quelques questions d’éclaircissement.
Aux dires des acteurs du terrain, le Programme connait une forte adhésion des populations, qui apprécient surtout la combinaison des technologies et suscite beaucoup de demande d’intégration de la part de villages non encore pris en compte pour la première année.
En rappel, le Programme DGIS/ICRAF est un Programme financé par la Direction Générale de la Coopération Internationale (DGIS) du Ministère des affaires étrangères des Pays-Bas à travers World Agro-forestry Center (ICRAF). Le programme est exécuté dans 5 pays en Afrique dont le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Ethiopie et le Kenya, pour une durée de 5 ans.