mardi
1er décembre 2015
 


Newsletter


02 BP 5657 Ouagadougou 02
Burkina faso

Tél: +226 25 36 54 41
Mail: contact@reseaumarpbf.org

Heures d’ouverture

8h - 17h

Nos vidéos



Double-cliquez pour afficher la vidéo

Nos liens

| ACCUEIL | | Qui sommes-nous ? | | Nos réalisations | | Zones d’intervention | | Nos rapports | | Nos partenaires | | Notre équipe |

Projet DRYDEV Le Réseau MARP-Burkina identifie des espaces aménageables pour la Campagne maraichères 2015-2016

Du 17 au 19 novembre 2015, deux équipes du Réseau MARP-Burkina ont sillonné les six provinces d’intervention du Programme Régional d‘Amélioration de la Sécurité Alimentaire et Hydrique pour le Développement Economique Rural au Sahel et dans la Corne de l’Afrique (DRYDEV). Cette sortie de terrain s’inscrit dans le cadre des activités visant l’aménagement des jardins nutritifs et maraîchers. A cet effet, le Réseau MARP a procédé à une prospection des potentiels sites maraîchers aménageables. Cette prospection a été l’occasion pour le réseau MARP-Burkina, de toucher du doigt les réalités du terrain. Des producteurs ont également profité de cette opportunité pour égrainer un chapelet de doléance.

Visiter les sites maraichers proposés par les partenaires terrains et retenir sur la base des critères préétablis deux meilleurs sites par province d’intervention d’au moins 0,5 Ha chacun, tels sont les objectifs de cette tournée du Réseau MARP Burkina.
Au total 19 groupements de producteurs ont reçu la visite des deux équipes du Réseau MARP Burkina, sorties à cet effet dans les communes de Kiembara, Zogoré, Tikaré, Kyon, Bassi et Arbollé . Ces groupements, en majorité féminins, s’adonnent couramment en fin de saison pluvieuse à des activités maraichères. Pour ces femmes et hommes, cette culture maraichère est d’une très grande importance. C’est le cas de Porgo Abdoulaye, producteur en maraicherculture depuis une douzaine d’année à Nango Foulcé dans la province du Yatenga. « Cette activité me permet de scolariser mes enfants et de subvenir aux multiples besoins de la famille. » a-t-il témoigné.
Sur le périmètre de Bassitalé à Kiembara dans le Sourou, un groupement mixte de producteurs a été rencontré. Travaillant déjà sur un espace de 1 ha, ils disposent de quatre bassins et d’un château d’eau qui est alimenté par des plaques photo voltaïques.

Néanmoins, ils disent être confrontés à quelques difficultés. « Nous sommes régulièrement confrontés à des pannes techniques qui provoquent une rupture en eau. En plus, les grillages sont dans un état de dégradation avancé. Nous avons besoin également d’étendre nos espaces aménagés. » a indiqué le responsable du groupement Sarambé Balla.
Sur d’autres sites, notamment celui du groupement Relwendé à Loaga et au secteur N°3 de Tikaré dans le Bam, les populations n’ont pas de grandes expériences en maraicher culture. Cependant, ils disposent non seulement de quelques potentialités naturelles mais aussi et surtout de la volonté. Selon la vice-présidente de la structure Delphine Sawadogo, sa structure ne possède pas d’expérience en matière de jardinage « mais, au sein du groupement il y a certaines personnes qui en ont déjà pratiqué. Donc nous espérons qu’avec votre soutien, nous nous en sortirons » a-t-elle indiqué. « Une fois que nous aurons les moyens de faire le jardinage, nous produirons les légumes. En plus, nous souhaitons planter des arbres fruitiers tels que le goyavier, le manguier, etc. » poursuit-elle.

En termes d’appui, le groupement Relwendé et bien d’autres groupements rencontrés attendent du Réseau MARP Burkina, du soutien. « Nous comptons avoir des puits, du grillage et même des semences améliorées car pour l’instant nous n’avons que notre force de travail. Si toute fois il y a d’autres formes d’appuis, ça nous fera beaucoup plaisir » a indiqué Kabré Koudbila au pied de son unique puits à Sissilé dans le Sourou.
A l’issue de ces journées de prospection, les deux équipes se sont dites satisfaites de l’engagement des producteurs. Ils ont néanmoins regretté le fait que certains groupements ne disposent pas de terrains qui leur est propre. Ils ont aussi déploré le manque de cohésion dans certains groupements. Au regard de ces aspects, ils envisagent rencontrer les structures partenaires de la mise en œuvre afin de déterminer de façon consensuelle et objectives les groupements qui sont aptes à entamer les travaux en cette campagne de maraicherculture.
Le Programme Régional d‘Amélioration de la Sécurité Alimentaire et Hydrique pour le Développement Economique Rural au Sahel et dans la Corne de l’Afrique (DRYDEV) est un programme quinquennal initié et coordonné par le World Agroforestry Centre (ICRAF). Il a son siège à Nairobi au Kenya et couvre cinq pays en Afrique de l’Ouest et de l’Est : Mali, Burkina Faso, Niger, Éthiopie, et Kenya. Au Burkina Faso, le programme DRYDEV couvre les provinces du Bam, du Passoré, du Sanguié, du Sourou, du Yatenga et du Zondoma. Sa mise en œuvre est coordonnée par le Réseau MARP Burkina qui travaille en partenariat opérationnel avec TREE-AID et la SNV. Ce partenariat s’étend également à l’INERA, les Ministères en charge du secteur rural, le SP/PAGIRE.

Adama GNANOU